Services publics

Réalisations notables

Back to sectors

Gestion du secteur des déchets solides


Construire un secteur de gestion des déchets durable

La gestion des déchets solides aux Philippines est régie par la loi de 2000 sur la gestion écologique des déchets solides – Ecological Solid Waste Management Act (Republic Act 9003). L’objectif du RA 9003 était le développement d’une gestion systématique, complète et écologique des déchets solides par l’attribution d’objectifs spécifiques assortis d’échéances à tous les gouvernements locaux (unités locales de gouvernement – LGU). Plus d’une décennie plus tard, au vu des faibles réalisations et des déséquilibres constatés, le gouvernement philippin et l’Asian Development Bank (banque de développement asiatique) ont convenu de financer un programme d’investissement visant à revitaliser, à l’échelle du pays, le développement de la gestion des déchets solides. L’objectif de la mission consultative était d’établir la faisabilité des sous-projets globaux de gestion des déchets solides dans 4 unités locales pilotes et de mettre en évidence les bénéfices attendus afin d’encourager les autres gouvernements locaux à mettre en œuvre leur propre plan de développement. La faisabilité des sous-projets pilotes a été établie en se fondant sur les résultats d’une analyse technique, financière, économique, institutionnelle, environnementale et sociale.

  • SOLID WASTE SECTOR MANAGEMENT - PHILIPPINES Slide 1
  • SOLID WASTE SECTOR MANAGEMENT - PHILIPPINES Slide 2


- Revue à l’échelle nationale de la situation de départ du secteur de la gestion des déchets solides ;
 
- Identification de 4 unités gouvernementales pilotes en se basant sur les critères suivants : criticité, représentativité, état de préparation et réplicabilité. Les unités gouvernementales locales sélectionnées étaient La Trinidad    (100 000 habitants), Janiuay (65 000), Del Carmen (20 000) et Malay-Boracay (36 000) ;
 
- Comparaison des options techniques de gestion des déchets solides sur les 4 sites pilotes (collecte, traitement et élimination), à la suite d’une évaluation des possibilités de réduction, de réutilisation et de recyclage des déchets ;
 
- Évaluation des impacts environnementaux des options techniques et, si  ceux-ci sont négatifs, définition de mesures d’atténuation ;
 
- Évaluation du contexte social au travers d’enquêtes socio-économiques (problèmes de santé publique, besoins et conditions de relogement, disposition à payer pour les services de gestion des déchets solides, statut du secteur informel, étude des disparités liées au sexe, protection des intérêts des populations indigènes, etc.) et définition des mesures d’atténuation et des mesures connexes nécessaires ;
 
- Analyse financière des solutions techniques proposées, en prenant en considération les options tarifaires abordables et les différents scénarios de rétrocession de prêt ;
 
- Analyse institutionnelle de la gestion des déchets solides dans les 4 unités gouvernementales locales et définition des mesures organisationnelles nécessaires ;
 
- Préparation d’un Plan complet d’Information, Éducation et Communication (IEC) ;
 
- Préparation du plan de gestion des achats du projet ;
 
- Développement d’un programme global de développement des compétences locales.
 
L’investissement nécessaire pour mettre en œuvre les programmes de développement de la gestion des déchets solides dans les 4 sites pilotes était estimé à 35 millions de dollars, soit près de 50% du montant du prêt, et couvrait les principaux éléments suivants : construction/extension des installations d’ensevelissement, fermeture des décharges existantes, exploitation des décharges, construction d’installations de valorisation des matériaux, achats de véhicules pour la collecte des déchets (y compris une péniche), de bacs de stockage, de ponts-bascules, de chargeuses, de chariots élévateurs et de camions compacteurs, construction d’une usine de valorisation énergétique (Malay-Boracay), réhabilitation d’une usine de compostage, mise en œuvre du Plan d’Information, Éducation et Communication (IEC), développement des compétences locales, ingénierie détaillée, gestion du projet et supervision des services de conseil.
 
La mission a été menée conjointement avec Philkoei International Inc.

 

Investissement national requis pour la gestion des déchets solides : estimé à plus de 2 milliards de dollars en 2014.

10 000 t/j de déchets non-collectés dans le pays en 2014.


 

Bénéfices pour le client :

  • Amélioration des conditions environnementales et sanitaires dans les 4 unités gouvernementales locales pilotes ;
  • Réduction de la consommation de ressources naturelles ;
  • Transfert des activités de gestion des déchets solides de l’économie souterraine au secteur formel. 

Solution :

  • Études sur les sites pilotes
  • Évaluation technique
  • Ingénierie sociale